Renaissance Intellectuelle & Culturelle au 21ème Siècle

« L’Afrique bouge et le moment est venu de rappeler quelques vérités historiques qui ne font pas partie des livres d’histoire d’aujourd’hui et sans lesquelles on ne peut pas comprendre l’Afrique contemporaine. »

ENCYCLOPÉDIE POLITIQUE, ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET CULTURELLE DE L’AFRIQUE CONTEMPORAINE

Constituée de 12 tomes comportant 240 volumes.

Permanence de la Consultation Scientifique : Professeur Kapet de BANA
Cabinet Contact-Coopération-Relations Internationales
85, bd Saint-Michel – 75005 PARIS -Tél/Fax : (+33) 143.258.050.
Site Internet : http://africa.smol.org.

UN OUTIL DE REPOSITIONNEMENT ET DE RÉHABILITATION DE L’AFRIQUE

Au moment où les événements poussent à la réécriture de l’histoire de l’humanité par la dislocation progressive des blocs antagonistes est/ouest, la construction de l’union européenne, la révision des frontières arbitraires fixées après les deux guerres européennes aux conséquences mondiales (1914-1918 et 1939-1945 ),la réunification de l’Allemagne, notre continent, l’Afrique se doit de se doter de nouveaux instruments pour la connaissance de sa spécifité et la maîtrise de sa propre histoire.

C’est dans ce sens qu’a été initié le projet de dictionnaire encyclopédique, politique, économique, social et culturel de l’Afrique contemporaine.

Véritable outil de référence pour l’Afrique et pour tous ceux qui s’intéressent à l’Afrique contemporaine.

L’encyclopédie politique, économique, sociale et culturelle de l’Afrique contemporaine et du monde noir est une collection de 12 tomes en 240 volumes environ conçus avec la collaboration de chercheurs, scientifiques, penseurs et artistes spécialisés dans tous les domaines concernés sous le parrainage posthume des héros les plus connus de l’histoire de l’Afrique et le patronage d’éminentes personnalités et institutions internationales.

** COLLECTIF DE RÉALISATION DE L’ENCYCLOPÉDIE ET DU MÉMORANDUM**

PROCESSUS DE MISE EN PLACE DES STRUCTURES DE RÉALISATION DE L’ENCYCLOPÉDIE POLITIQUE, ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET CULTURELLE DE L’AFRIQUE CONTEMPORAINE ET DES PEUPLES NOIRS.

Faire paraître dans les médias de chaque pays africain à l’exemple du Bénin et du Burkina Faso, les informations sur la structure et la méthodologie de l’Encyclopédie.

L’installation des Comités Nationaux par la nomination par le Concepteur d’un Délégué, chargé de mission et d’un Coordinateur National pour éviter la déstabilisation.

La publication du Guide méthodologique de repère éthique à l’attention des Directeurs des Tomes et Volumes ainsi que des Contributeurs.

Traduction dans les langues accessibles, africaines et étrangères en usage courant, des documents fondateurs et introductifs de l’Encyclopédie.

Consolidation des bases d’organisation de la « Fondation du Patrimoine Culturel Africain » sous le parrainage des Institutions Nationales et Internationales, et des Personnalités physiques et morales à travers le monde.

Consolidation des liens de fraternité et de collaboration entre les populations du continent et la diaspora à travers le monde notamment l’Europe, l’Amérique et l’Australie.

Consolidation des rapports de collaboration avec les Institutions Internationales et les Universités et Fondations non – africaines.

L’amélioration des structures fonctionnelles, relationnelles mises en place par les Africains – Américains (Afro – Américains) en vue de leur implication matérielle dans la rédaction des différents tomes et volumes de l’Encyclopédie sous la coordination du Professeur MOELI KETE ASANTE, Chef du Département d’Etudes Africaines – Américaines à l’Université de Temple à Philadelphie.

Implication plus systématique des cellules de recherches pluriscientifiques et disciplinaires au sein des Universités Africaines en application des objectifs de la Conférence des Chanceliers, Recteurs et Présidents des Universités Africaines réunis à Accra du 18 au 23 Janvier 1993 ; et de la Conférence Ministérielle de l’O.U.A. sur la Culture, l’Education et le Développement à Cotonou du 23 au 27 Août 1993.

Pour le Collectif, Professeur Kapet de BANA
Concepteur de l’Encyclopédie Africaine.
Directeur du C.R.E.M.

ORIENTATION MÉTHODOLOGIQUE INTRODUCTIVE DU DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE POLITIQUE, ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL
DE L’AFRIQUE CONTEMPORAINE.

Les repères synoptiques conceptuels d’inspiration éthique.

Discours préliminaire méthodologique d’éthique aux Chanceliers, Recteurs et Professeurs des Universités Africaines, réunis à Accra du 18 au 23 Janvier 1993.

Le contexte idéologique, philosophique, historique et politique justificatif.
Mission historique impérieuse des élites et dirigeants d’Afrique et du Monde Noir.
L’évaluation de l’apport et de la part de l’Afrique et du Monde Noir dans le patrimoine général commun de l’Humanité.

Les lacunes conceptuelles de l’histoire des historiens généralistes.

Le triple défi historique dont l’Afrique est l’enjeu :
Les Guerres Européennes à conséquences mondiales : 1914 – 18, 1939 – 45, Golf 1991…
L’absence de l’Afrique dans la définition des stratégies mondiales.
La mauvaise répartition des acquis des conquêtes de la science et de la technologie.

Le triple déficit pédagogique de l’enseignement de l’histoire générale de l’Humanité.

La quadruple cause de la marginalisation historique, politique, économique et culturelle de l’Afrique :
L’esclavage et la traite négrière,
Le partage de l’Afrique,
La colonisation et le pillage des richesses,
La néo – colonisation et la recolonisation.
Nécessité impérieuse et impérative de la réécriture de l’histoire de l’Humanité plus équilibrée, plus réelle, plus conséquente reflétant la carte géopolitique mondiale au seuil du 21ème siècle.
Renversement du mur de Berlin, séquelle des guerres Européennes à conséquences mondiales.
La dislocation des deux blocs EST – OUEST, séquelle de la guerre froide.
La dislocation des grands ensembles : la Fédération Yougoslave, l’Union Soviétique, la Tchécoslovaquie..
L’inefficacité de l’Organisation des Nations Unies.
L’impuissance des vieilles grandes puissances qui forment le Conseil de Sécurité non représentatif des cinq continents.

Méthodologie conceptuelle structurelle introductive

Structure du Dictionnaire Encyclopédique en 12 tomes.
3 Tomes du Dictionnaire Encyclopédique politique en 60 volumes environ :

* T. I : 22 volumes
* T. II : 20 volumes
* T.III : 18 volumes

3 Tomes du Dictionnaire Encyclopédique économique provisoirement subdivisés en 60 volumes :

* T. I : 14 volumes
* T .II : 26 volumes
* T .III : 20 volumes

6 Tomes du Dictionnaire Encyclopédique social et culturel en 120 volumes environ :

* T. I : 30 volumes
* T. II : 20 volumes
* T. III : 20 volumes
* T. IV : 20 volumes
* T. V :15 volumes
* T. VI : 15 volumes.

Professeur Kapet de BANA
Directeur et Concepteur du CREM.

**COLLECTIF DE RÉALISATION DE L’ENCYCLOPÉDIE ET DU MÉMORANDUM**

PLAN DE TRAVAIL DE LA DIRECTION GÉNÉRALE PERMANENTE

Lettre de présentation du plan de l’encyclopédie
et du projet de contact et d’information

Aux universités africaines
Aux institutions africaines
*O.U.A.
*C.D.E.A.O.
*B A D
*A.C.C.T.
Aux institutions internationales
*O.N.U.
*U.N.E.S.C.O.
*F.M.I.
*BANQUE MONDIALE
*O.N.U.D.I.
*C.E.E.
Fondations culturelles internationales.
Les institutions étrangères spécialisées sur l’Afrique;

FRANCE

*La Sorbonne: Laboratoire d’Anthropologie Africaine
*Bordeaux: Centre d’Études Africaines de Bordeaux
*Marseille: Centre d’Études Africaines de Marseille
*Aix-en-Provence: Institut d’Études de Développement Économique et Social de la Méditerranée
*Maison des Sciences et de l’Homme
*Musée du Louvre
*Musée de l’Homme

GRANDE-BRETAGNE

*Académie Royale des Sciences Coloniales de Londres
*Musée de Londres.

ITALIE
*Institut Africain de Rome

ESPAGNE
*Institut d’Études Africaines de l’Université de Madrid

PORTUGAL

*Institut de Recherches sur l’Afrique de l’Université de Lisbonne

ALLEMAGNE

*Institut d’Afrique de Berlin
*Musée de Berlin
*Musée de la Première et Deuxième Guerres Mondiales

BELGIQUE

*Institut de Recherches sur l’Afrique de Bruxelles.
*Musée Coloniale de Bruxelles

RUSSIE

*Institut d’Afrique de l’Académie des Sciences
*Université de l’Amitié entre les peuples Patrice LUMUMBA de Moscou

U.S.A.

*Fondations Afro-Américaines de Recherches
*Département Afrique de la Maison Blanche

CANADA

*Centre d’Études de Relations Internationales de Montréal
*Département d’Études Africaines de l’Université de Québec

CUBA
HAÏTI
BRÉSIL
LES ANTILLES
AUSTRALIE
CHINE
INDE
BANGLADESH
VIETNAM

Consultations spécialisées (compétences entendues dans tous les domaines de la connaissance).

**COLLECTIF DE RÉALISATION DE L’ENCYCLOPÉDIE ET DU MÉMORANDUM**

STRUCTURE PROVISOIRE D’ORIENTATION
DES 12 TOMES EN 240 VOLUMES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Préface et introduction
Importance de cette initiative.
Mission Historique des Élites et Intellectuels Africains.

Tome 1 – L’AFRIQUE DE 1884 à 1945.
Première partie 1884 à 1914 : Les Événements, Les Hommes, Les Faits.
Deuxième partie 1914 à 1945 :Les Événements, Les Hommes, Les Faits.

Tome 2 – L’AFRIQUE DE 1945 à 1960.
Première partie 1945 à 1955: Les Événements, Les Hommes, Les Faits.
Deuxième partie 1955 à 1960. Les Événements, Les Hommes, Les Faits.

Tome 3 – L’AFRIQUE DE 196O à 1981.
Première partie 1960 à 1963 Les Événements, Les Hommes, Les Faits.
Deuxième partie 1963 à 1974 . Les Événements , Les Hommes, Les Faits.
Troisième partie 1974 à 1981. Les Événements, Les Hommes, Les Faits.

Tome 4 – INVENTAIRE ET ÉTAT DE L’ÉCONOMIE AFRICAINE EN 1884.
Ressources humaines, ressources naturelles, niveau de développement.

Tome 5 – LES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCONOMIE AFRICAINE.
Stratégies coloniales, stratégies nationales.

Tome 6 – L’ÉCONOMIE AFRICAINE DANS L’ÉCONOMIE MONDIALE.
Les conditions de l’indépendance économique et de la coopération internationale.
Les moyens du développement de l’économie africaine intégrée.
Les matières premières, les banques et les institutions monétaires et financières.

Tome 7 – STRUCTURE DES SOCIÉTÉS AFRICAINES ET L’ÉTAT DE LA CULTURE EN 1884.
Diversité, inventaire, identification, classification.

Tome 8 – LES LANGUES AFRICAINES.
Diversité, inventaire, classification.

Tome 9 – LES LITTÉRATURES AFRICAINES.
Les sources, inventaire, les conteurs, les écrivains.

Tome 10 – LES ARTS AFRICAINS A PARTIR DE 1884.
Diversité, les modèles, signification (expression de la civilisation…)

Tome 11 – LE PILLAGE ET LA DESTRUCTION DES ARTS AFRICAINS PAR LA COLONISATION.
Inventaire et récupération, dédommagements.

Tome 12 – LES CONDITIONS DE LA RESTAURATION ET DE RENOUVEAU SOCIOCULTUREL DU CONTINENT AFRICAIN.
La promotion nationale et internationale des arts et de la culture africaine.
L’éveil et l’essor du génie artistique généralisé.
Le progrès scientifique et la culture technologique.

CONCLUSION GÉNÉRALE.

RÉPARTITION ET INVITATION à LA CONTRIBUTION

– 35 pour le Nigeria
– 30 pour la République d’Afrique du SUD
– 20 pour le ZAÏRE
– 20 pour l’ÉGYPTE
– 12 pour chacun des autres pays d’Afrique
– 12 pour les peuples noirs d’Amérique
– 20 pour les Savants et Spécialistes africanistes c’est-à-dire non-africains.
Cette œuvre des Africains étant une contribution à l’enrichissement du patrimoine général commun de l’Humanité.
– 10 pour les Savants et Chercheurs Indépendants.

LE CONSEIL MONDIAL DE LA DIASPORA PANAFRICAINE (C.M.D.P.) et la
SOCIÉTÉ SAVANTE DES ENCYCLOPÉDISTES AFRICAINS

LES SIX IMPÉRATIFS DE RÉPARATIONDE L’EUROPE ESCLAVAGISTE GENOCIDAIRE

Premier Impératif :
Proclamation solennelle par les Nations Unies de l’esclavage, de la traite d’êtres humains notamment des noirs, du partage de l’Afrique, de la colonisation et du génocide comme crime contre l’Humanité conformément aux sentences du Jury international de Fort-de-France que nous avons organisé les 10, 11 et 12 Décembre 1993 au centre Frantz Fanon . Sous la pression de notre combat historique, la France et l’Etat du Vatican viennent d’inscrire cette reconnaissance de leur crime contre l’Humanité dans le nouveau chapitre de leur histoire respective. Nous veillerons à ce que cette histoire soit désormais enseignée dans les écoles de toutes les nations pour la mémoire collective, partie intégrante du patrimoine général de l’Humanité.

Deuxième Impératif :
Proclamation solennelle sous l’égide des Nations Unies réorganisées et équilibrées du pardon de l’Europe, des U.S.A. et du Moyen-Orient Arabe à l’Afrique pour l’avoir colonisée et pillée.

Troisième Impératif :
Création d’une Commission internationale d’évaluation et de compensation des destructions et des dégâts ou préjudices causés à l’Afrique et aux peuples noirs du fait du génocide Euro – U.S.A. et du Moyen-Orient Arabe esclavagistes.
Mise en place d’une Commission internationale d’évaluation de ces dommages et préjudices en établissant une procédure d’indemnisation.

Quatrième Impératif :
Modification, refonte et équilibrage des structures et institutions des Nations Unies, notamment le Conseil de Sécurité disposant de cinq membres dont un par continent, corrigeant ainsi l’accaparement d’un siège par la seule Amérique du Nord (U.S.A.), au détriment de l’Amérique latine et du siège revenant au Continent Asiatique par la Chine toute seule, en fait, quel crime d’avoir ignoré l’existence de deux continents « l’Afrique et l’Australie ». C’est, depuis une dizaine d’années déjà que les encyclopédistes africains, en liaison avec les différentes organisations des peuples noirs et de la diaspora ont inscrit ce point d’interpellation dans leur programme de combat pour la réhabilitation et le développement de l’Afrique.

Cinquième Impératif :
Création d’une Commission internationale pour la réécriture de l’Histoire de l’Humanité basée sur la nouvelle physionomie du monde ainsi réorganisé et rééquilibré, condamnant devant le nouveau tribunal de NUREMBERG tous les dirigeants au pouvoir dans les gouvernements européens et nord-américains et arabes esclavagistes lors du partage et de la colonisation de l’Afrique, de l’Amérique latine et de l’Asie pour génocide et crime contre l’Humanité :
– Division et partage du Cameroun, du Congo, de la Guinée, du Niger, du Viêt-nam, de la Corée, de la Guyane, des Antilles pour ne citer que les plus barbares des crimes de la colonisation européenne.
– Installation du système criminel d’apartheid en Afrique du Sud.
– Ségrégation raciale criminelle aux U.S.A.,
Sont autant de conséquences du crime de génocide liées à la traite des noirs et à la colonisation…

Sixième Impératif :
Création sous l’égide des Nations Unies d’une banque internationale pour la Reconstruction et le Développement de l’Afrique aux fins de réparation des dégâts et préjudices causés par la traite des noirs, la colonisation et le pillage des ressources naturelles de ce continent par les puissances coloniales européennes et leur allié nord-américain, inversant ainsi ce que l’escroquerie mondiale appelle l’endettement des pays sous-développés, le sous-développement étant à son origine le résultat du pillage esclavagiste, le partage et la colonisation que perpétuent, depuis 1960, date des Indépendances Africaines, les pouvoirs néoloniaux et antidémocratiques.

CONSEIL MONDIAL DE LA DIASPORA PANAFRICAINE
COLLECTIF DE RÉALISATION DE L’ENCYCLOPÉDIE ET DU MÉMORANDUM
85, Bd Saint – Michel – 75005 – PARIS – tél/fax : 01.43.25.80.50.
site Internet : http://africa.smol.org

NOUS CONTACTER

Nous ne sommes pas là de ce moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email et nous allons revenir à vous, dès que possible.

Envoi en cours...

©2017 © Afrology & Computer Mind 2002-2016 - Powered by BostonSolux

Se connecter

Oubli de mot de passe ?