Excision et droits humains

Source : P. Herzberger-Fofana

Au mois de mai 2009 une fillette a été excisée par sa grand-mère et une exciseuse à Ourossogui, dans la partie est du Sénégal, à la frontière du Mali. Les parents ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis et la grand-mère et l’exciseuse à 6 mois ferme de prison. Les réactions ont été très vives dans cette région où l’excision fait partie intégrante du substrat culturel des populations. Des affrontements ont eu lieu entre la police et les tenants de cette pratique. Les forces de l’ordre ont du même intervenir pour faire revenir le calme. Sous l’égide des religieux, les populations de la région de Matam revendiquent le droit de pratiquer leur coutume et exigent l’abolition de la loi contre les mutilations génitales.

L’excision d’une enfant de moins de 7 ans à Matam (Sénégal) et la condamnation de la grand-mère et de l’exciseuse interpellent tous ceux et celles qui depuis des années se sont engagés dans la prévention et l’abolition d’une coutume qui cause de nombreux dangers au point de vue santé.

La présence des leaders religieux d’obédience islamique et de l’église copte lors de la 7 ème assemblée du Comité Inter-Africain (CI-AF) qui lutte contre les traditions néfastes à la santé des femmes et en particulier les mutilations génitales féminines. marque un grand pas en avant dans ce domaine

Lors de cette rencontre les leaders religieux ont pris la parole. Se référant aux citations tirées des livres saints, ils ont confirmé ce que la plupart des participants ont toujours affirmé: Les mutilations génitales féminines n’ont rien à voir avec la religion. Ce sont de simples traditions qui se sont perpétuées surtout dans les pays musulmans. Au fil du temps ces traditions ont été assimilées à la religion. Le point de vue des leaders est important car il a pour but de donner un éclairage clair sur une question controversée dans de nombreux pays qui pratiquent les mutilations.

Dans ce sens on peut dire que les leaders religieux ont prononcé une fatwa contre les mutilations génitales féminines. Selon Wikipedia une “Fatwa” (fatāwa pluriel) est dans l’Islam, un avis juridique donné par un spécialiste de lois religieuses sur une question particulière. En règle générale, une fatwa est émise à la demande d’un individu ou d’un juge pour régler un problème où la jurisprudence islamique n’est pas claire. Un spécialiste pouvant donner des fatāwa est appelé un mufti.

Déjà lors de la conférence de 2006, les leaders islamiques avaient émis des recommandations qui ont valeur de Fatwa. Dans la déclaration écrite qu’il a signé, le grand mufti de l’Egypte, le Prof. Dr. Ali Gom’a de l’université Al Azhar déclare § 3 et 4

3. L’excision des parties génitales pratiquée aujourd’hui encore, provoque des dommages psychologiques et physiques chez la femme. C’est pour cela que ces pratiques doivent être interdites, en référence à l’une des plus grandes valeurs de l’Islam, celle de n’infliger aucune violence à l’être humain – conformément au paroles du Prophète Mohamed : “N’agressez jamais, le Seigneur n’aime pas les agresseurs” Ce genre d’action est considéré comme une agression contre le genre humain et devra être puni.

4. La conférence appelle tous les musulmans à interdire cette mauvaise coutume, en respectant les enseignements de l’Islam qui interdisent d’exercer une quelconque violence envers l’être humain.

Le 25 novembre 2007, l’Ayatollah Fadlallah émet une fatwa contre les violences faites aux femmes qu’il qualifie de “comportement humain parmi les plus ignobles”. Il explique que l’islam rejette la violence et refuse toute notion de supériorité ou de souveraineté de l’homme sur la femme, et que “la femme peut répondre à la violence physique de l’homme contre elle par une même violence, dans le cadre de l’autodéfense”[1]. Cette fatwa a eu un impact majeur dans tout le monde arabe en générant de nombreux débats. Elle est interprétée par de nombreux médias arabes comme “le droit de la femme à frapper son mari et à quitter son lit” (Fatwa. www.wikipedia.org)

Lors de la conférence du Comité Inter-Africain qui s’est déroulée au Caire du 27 au 30 octobre 2008, les leaders religieux: ont condamné à nouveau les mutilations sexuelles. Auparavant le Comité Interafricain avait initié plusieurs séminaires avec les dignitaires religieux, afin de conforter leur point de vue. Il apparaît que les mutilations ne sont pas recommandées par l’islam. Au cours de ces rencontres, les imams ont recensé les sourates qui prônent la sacralité de la vie et l’intégrité physique de la personne. Ce sont entre autres : (1)

Sourate 30 versets 30 : pas de changement à la créature d’Allah (1)
Sourate 07 versets 28 : dis non Allah…..(coutume)
Sourate 17 verset 33 : la vie humaine est sacrée

Le secrétaire national de “Dar El Afta” chargé des questions religieuses, Sheikh Mohamed Wessam, du Caire et les imams du Mali, Karomoko et de Côte d’Ivoire El Hadj Cissé sont unanimes pour affirmer que l’excision est en contradiction flagrante avec les textes du saint Coran. Ils ont à cet effet consulter les écritures saintes qui font allusion à l’excision et établi un catalogue. Or, rien ni dans le Coran, ni dans la Bible, ni dans la Thora n’oblige la femme à être excisée. Pour l’imam du Mali, Karamoko,(1) la fameuse citation avec Um Habiba aurait été transcrite des années plus tard. Et il considère que cette rencontre entre Um Habiba, qui aurait demandé au prophète (PSL) s’il fallait exciser les femmes, relèverait de la pure légende.

“Lorsque tu effectues une excision, garde-toi bien d’enlever tout le clitoris. La femme demeurera épanouie et son mari profitera de son plaisir”

Le Karamoko étaye sa thèse en s’appuyant sur la biographie du Saint Prophète (PSL) qui n’aurait excisée aucune de ses 4 filles. L’imam El Hadj Cissé Djiguiba Abdallah,(2) propriétaire d’une radio privée à Abidjan présente chaque semaine des émissions en faveur de l’abolition des mutilations génitales féminines. Fervent adepte de la promotion féminine, il n’hésite pas à entamer ouvertement des débats sur ce sujet délicat dans une zone où la prévalence est encore élevée malgré l’élaboration d’une loi.

Sheikh Mohamed Wessam, du Caire ©P.H. F.

Sheikh Mohamed Wessam du Caire dans sa communication s’est appesanti sur la valeur de l’harmonie sexuelle au sein du couple et la perfection de la créature par son Créateur. Il a rejeté toute forme d’ingérence de l’individu pour modifier le corps humain.

En s’appuyant sur la Bible, le Frère Yohanna Fhabet de l’église copte orthodoxe St Mary Ard El Golf- Heliopolis du Caire a soutenu la thèse que son église a toujours défendu l’intégrité physique de la femme.

Déjà en 1993, le révérend Père Lopy avait affirmé lors du séminaire de Kolda(sud-est du Sénégal) sur “Excision: culture et religion” par Enda-Tiers en 1993 (3), “Si Dieu a trouvé que ce qu’il a réalisé dans l’homme comme dans la femme est absolument bon, pourquoi la lame, le couteau ou un tesson de bouteille viendrait-il supprimer la merveille du créateur” (Séminaire organisé à Kolda du 29 novembre au 1er décembre 1993). En 1995, lors de la fête de l’assomption Son éminence, le cardinal Hyacinthe Thiandoum avait exhorté les chrétiens dans son homélie à respecter la vie humaine. En se référant au cinquième commandement, il a affirmé que Moïse interdit toute atteinte à la vie (Le Soleil mercredi 16 août 1995).

“Pourquoi vouloir changer cette merveille que Dieu a crée ?”
(4. P.Herzberger-Fofana Les mutilations Génitales Féminines)

En conclusion, comme l’a suggéré le Dr. Morissanda Kouyaté, directeur du programme des Mutilations Génitales Féminines au sein du CI-AF, on peut affirmer que le secrétaire national chargé des questions religieuses en Égypte a prononcé une fatwa contre les mutilations. Les Dr. Kouyaté et Madame le Docteur Barry de Guinée,ex ministre de la santé sont d’autant plus soulagés, car lors de la prière du vendredi à Conakry, ils avaient été la cible de fanatiques. Ces derniers considéraient leur travail de sensibilisation auprès des populations comme l’œuvre des suppôts de Satan. Tous deux avaient même été maudits par certains religieux. En Afrique la bénédiction ou la malédiction prononcée à l’encontre d’un individu a une valeur indéniable. Sous d’autres cieux, un tel acte ferait sourire le commun des mortels.

La conférence du Caire a rapproché le point de vue des religieux des religions révélées. Il convient maintenant de continuer à sensibiliser les populations qui demeurent encore attachées á cette pratique. On peut être une bonne musulmane, sans pour détruire cette merveille qu’est le corps féminin. C’est sur cette note optimiste que les ecclésiastiques coptes et musulmans se sont séparés en promettant de prêcher dans ce sens lors de leurs offices. Actuellement ces leaders religieux tentent de convaincre leurs ouailles pour renoncer à une telle pratique.

Combattre les mutilations génitales féminines ne signifie pas lutter contre les traditions africaines. ni vouloir ouvrir la voie à une vie dissolue, libertine. Mais c’est admettre que toute femme a le droit de disposer librement de l’intégrité de son corps, d’autant plus qu’aucune religion révélée n’exige de le mutiler. L’espoir est donc permis qu’en 2015 nous atteindrons “la tolérance zéro” pour tout le continent africain.

 

Dr. Pierrette Herzberger-Fofana, M.A.
Drherzbergerfofana@hotmail.com
Conseillère municipale.
Lauréate du Grand Prix du Président de la République du Sénégal pour la Recherche Scientifique
Lauréate du Prix Hélène Weber du Ministre de la République Fédérale Allemande de la Famille, des Personnes du 3eme Age, des Femmes et de la Jeunesse

——————–

Remarques

1. El Hadj Issa Sacko dit Karamoko Befo. Grand prêcheur international Bamako
2. El Hadj. Abdallah Djigui Cissé, président de la fondation “Djigui la Grande espérance” à Abidjan. Côte d’Ivoire
3 Non à l’exision. Fonds de développement des Etats Unis pour la femme. Dakar: UNIFEM, 1997, p.32

4. Prof. Dr. Ali Gom’a “Recommandations-ayant valeur de fatwas proclamées lors de la conférence de Caire. Le Caire 22- 23 0octobre 2006, 1ers et 2 El Keada 1427 de ‘Hidjra”

5 : Pierrette Herzberger-Fofana. “Les Mutilations Génitales Féminines”(M.G.F.).Dossier 25p. wwww.arts.uwa.edu.au/AFLIT/MGF1.html 1999.université de Perth-Australie., www.afrology.com rubrique société

6 : Pierrette Herzberger-Fofana. “Abandon des Mutilations Génitales Féminines : Le Comité inter-africain en Egypte” in :www.euronet-fgm.org, www.afrology.com, www.alpha-2.info, www.imagazinenewpress.com

Pierrette Herzberger-Fofana , “L’Egyypte, berceau de la civilisation et des mutilations sexuelles”. www.alpha-2. info

Ibid. P.H.F. Waris Dirie. “Fleur du désert. Du désert de Somalie au monde des top-models.L’extraordinaire combat d’une femme hors du commun”. Autobiographie. Paris : Albin Michel 1998. Compte–rendu de lecture http:// arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP1099phfwaris.html. 10 mai 1999.

Ibid. P.H.F. Fatou Keita. Rebelle. Roman. Compte-rendu de lecture www.afrique-souveraine.de

Ibid. P.H. F. Katoucha. Dans ma Chair.” La Mode et l’excision vues par elle-même. Autobiographie www.grioo.com, www.sudonline.sn, www.afrology.com www.renaf.org

Ibid P. H. F. Katioucha ou le combat contre l’excision “Dans ma chair” www.lequotidien.sn

Pierrette Herzberger-Fofana. Genitalverstümmelung in Deutschland. Rede vor dem Bundestag (Discours prononcé au parlement allemand “Bundestag” 25.11.2008) www.gl-erlangen.de, www.alpha-2.info

Pierrette Herzberger-Fofana “Nein zu der weiblichen Beschneidung !. FORWARD_Germany und die Karawane der Jugendlichen in Mali”. www.alpha-2.info

Pierrette Herzberger-Fofana “Null Toleranz für die weiblichen Beschneidung”
Internationaler Tag 6. Februar gegen die Genitalvertümmelung www.alpha-2.info

Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Nous ne sommes pas là de ce moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email et nous allons revenir à vous, dès que possible.

Envoi en cours...

©2017 © Afrology & Computer Mind 2002-2016 - Powered by BostonSolux

Se connecter

Oubli de mot de passe ?